Blog

Haltémo aux JAMU 2018 (5-6 avril)

Les prochaines Journées d’Aide Médicale Urgente en Milieu du Travail, les JAMU 2018 se dérouleront les jeudi 5 et vendredi 6 Avril 2018 au centre de congrès du Beffroi à Montrouge (92), 2 place Emile Creps.

Pour le 30e anniversaire des JAMU, médecins et infirmièr(e)s des services de santé au travail pourront assister à ces deux journées.

Les JAMU sont organisées comme par le passé par l’IRESU qui en assure la gestion. Le SAMU des Hauts-de-Seine en assure la commission scientifique, en partenariat avec la SFMTU (Société Française de Médecine du Travail et d’Urgence), la SMTOIF (Société de Médecine du Travail de l’Ouest de l’Ile de France), ainsi que le GIT (Groupement des Infirmières du Travail).

Pour vous inscrire, c’est ici…

Haltémo à Secours Expo : un succès !

Merci aux très nombreux visiteurs qui se sont rendus à notre rencontre lors du Salon Secours Expo !

Merci aussi pour l’intérêt que vous avez pris à découvrir les kits de contrôle hémorragique Haltémo à travers vos questions et suggestions.

Cette première participation a été un vrai succès. Nous retrouverons certains d’entre vous lors des prochaines JAMU du 5-6 avril 2018 organisées par l’IRESU, l’Institut de Recherche et d’Enseignement des Soins d’Urgence.

Ouverture Salon Secours Expo

Haltémo est présent au Salon Secours Expo du 8 au 10 Février à Paris, Porte de Versailles.

Ce salon regroupe les spécialistes du secours, des soins d’urgence et de la prévention qui partagent le même objectif : sauver des vies.

Venez nous rencontrer sur le stand F20 et découvrez nos kits de contrôles hémorragiques à prépositionner dans les lieux accueillant du public.

 

Voeux du Ministre de l’Intérieur à la Sécurité Civile

« Sur ces sujets, c’est toute la société qu’il nous faut mobiliser.

Or, nous pouvons encore progresser sur cette question.

Car si la société française s’est montrée très résiliente face aux différentes attaques que nous avons subies ces dernières années, nous avons, quand on se compare à nos partenaires européens, à d’autres pays dans le monde, pris beaucoup de retard pour ce qui est de la formation de la population aux principes fondamentaux de la protection civile.

Trop peu de Français sont en effet formés a réagir en cas de crise.

Trop peu de Français sont formés aux gestes qui sauvent.

Dans son discours du 6 octobre dernier, le Président de la République a fixé l’objectif que 80% de la population soit, à la fin du quinquennat, formée a de tels gestes.

Ce sera un de nos grands défis pour 2018 : mobiliser les collectivités locales mais aussi la communauté scolaire, universitaire, les entreprises, le tissu associatif pour que, partout en France, on apprenne ces gestes simples qui sauvent des vies.

Dans les semaines a venir, la DGSCGC me proposera un plan d’action, avec un calendrier que je souhaite resserré.

Il nous faut agir vite.

Car chaque jour que nous gagnerons, chaque personne que nous formerons, ce sera autant de vies potentiellement sauvées. »

Voeux du Ministre de l’Intérieur à la Sécurité Civile, 15 janvier 2018 (Pdf, 120 Ko)

Les communes face au terrorisme

Un article intéressant, paru  sur Safe & Smart City, le blog référence sur les nouveaux défis en matière de sécurité et de sûreté des villes intelligentes. Nous en publions un bref passage ci-dessous (article complet disponible ici).

Face au défi du terrorisme, les communes ont aussi un rôle à jouer, aux côtés de l’Etat :

Il est impératif de mieux former les agents publics et notamment ceux en contact avec le public pour apprendre à détecter les « signaux faibles ». Les cadres des collectivités locales doivent également être formées pour gérer au mieux des situations complexes avec des agents radicalisés.

Les élus doivent renforcer leur lien avec l’Etat dans la lutte contre la radicalisation. Cette thématique doit désormais être abordée dans le cadre des cellules de veille, les CLSPD (Contrats Locaux de la Sécurité et de la Prévention de la Délinquance) et dans les projets associatifs financés par le FIPD (Fons Interministériel de la Prévention de la Délinquance).

La communication municipale à travers son magazine, ses campagnes d’affichages, doit pouvoir relayer le numéro vert 0800 00 55 96 géré par le centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation et permettant de réaliser un signalement, une prise en charge des familles concernées.

La sécurisation des bâtiments, des places et des rues. Désormais, dans la construction ou la rénovation des bâtiments publics notamment scolaires, cet enjeu doit être prise en compte par les collectivités territoriales. Le mobilier urbain doit être adapté sur certains lieux sensibles des villes (plots en béton, chicanes…)

La formation aux premiers secours notamment des gardiens peut être utile en cas d’attaque. Les communes pourraient, à l’image des défibrillateurs, installer dans chaque bâtiment recevant du public un kit d’intervention composée de pansements compressifs et de garrots.