Haltémo dans « Grands Reportages » sur TF1

« Ce n’est pas nous qui leur avons sauvé la vie. Nous, on les a empêchés de mourir… »

Ces mots, ce sont ceux de Jean-Luc Wertenschlag, un habitant du 11e arrondissement de Paris, voisin du restaurant « La Belle Equipe », qui a assisté à l’attaque du 15 novembre 2015 depuis la fenêtre de son appartement avant de se précipiter au secours des victimes de la tuerie. Des victimes dont il sauvera la vie avec les moyens du bord : ici un garrot posé à l’aide de sa ceinture, là une plaie pansée avec son t-shirt… Depuis, Jean-Luc se bat pour que soit reconnu le statut de primo-intervenant civil et pour que leur soient donnés les moyens d’agir.

Pour l’émission Grands Reportage sur TF1 (08/11/20), la journaliste Emilie Lançon est allée à sa rencontre. Le portrait qu’elle brosse de lui est celui d’un homme généreux, plein d’humilité mais déterminé à faire bouger les lignes. Son combat a croisé le chemin d’Haltémo voilà déjà plusieurs années. Depuis ils font route commune…

Prenez le temps de regarder ce témoignage : c’est celui de l’expérience vécue.

Retrouvez-le témoignage de Jean-Luc dans l’onglet « vidéo » ou suivez ce lien : https://videopress.com/v/RNTHXY9I

La trousse Chasseur & chien d’Haltémo

En dépit de campagnes de presse régulières sur le sujet, chacun s’accorde à reconnaître que les accidents de chasse ont baissé depuis vingt ans. En particulier les accidents mortels (entre 10 et 20 par an en moyenne depuis 2009) même si, dans ce domaine, le seul chiffre acceptable est zéro.

En réalité, personne n’est à l’abri d’un accident. Se former aux premiers secours est donc un geste citoyen permettant à chacun d’apprendre à identifier une situation d’urgence et à y faire face, en particulier lorsque l’accident survient en milieu naturel isolé, difficilement accessible aux secours.

Beaucoup plus courant en revanche sont les accidents impliquant le plus fidèle compagnon du chasseur, son chien. Qu’elles soient causées par le gibier ou par l’imprudence humaine, les conséquences de pareilles blessures sont parfois fatales lorsqu’elles ne sont pas pris en charge rapidement.

C’est en ayant tout cela à l’esprit qu’Haltémo a développé une trousse Chasseur & Chien spécifique pour son partenaire Rivolier SAS, leader français de la chasse depuis 1830.

La trousse est composée notamment d’un garrot CAT Gen7, référence incontournable du marché des garrots militaires, celle-là même qui a sauvé des dizaines de milliers de vies en Irak et en Afghanistan. D’une pose intuitive et rapide, ce garrot est aussi efficace sur un homme que sur l’animal. 

Trousse-Haltemo-chasse_03Trousse-Haltemo-chasse_01

 

 

Haltémo au salon Expoprotection (6-8 novembre)

Haltémo sera présent au salon Expoprotection du 6 au 8 novembre 2018 à Paris Porte de Versailles (stand B42b).

Responsables HSE, Directeurs Médicaux, Directeurs de la Sûreté, vous le savez bien : avant l’arrivée des premiers secours, les premiers secours… ce sont les collaborateurs de vos entreprises !

Venez découvrir comment leur donner les moyens d’agir et de sauver des vies avec les kits de contrôle hémorragique Haltémo visibles sur le stand du Groupe Rivolier (B42b).

Vous n’avez pas encore votre badge ? C’est gratuit et c’est par ici : www.badge.expoprotection.com

Vade-mecum sur la prise en charge des blessés par armes de guerre

Les attentats qui ont frappé la France depuis 2015 ont mis en évidence la nécessité de former les professionnels de santé civils à la prise en charge d’afflux massif de blessés par des armes de guerre afin d’assurer les meilleurs soins en urgence aux blessés.

Un vade-mecum « agressions collectives par armes de guerre » a également été établi afin de valoriser le corpus pédagogique des formations au « damage control » et permettre à l’ensemble des professionnels de santé d’en disposer. Cet ouvrage, dont la coordination scientifique a été assurée par les professeurs Pierre CARLI et François PONS, constitue une référence incontournable pour tous les professionnels de santé confrontés à ces prises en charge.

L’expertise des auteurs, professionnels de santé issus des mondes civil et militaire, travaillant dans les établissements de santé, sur les théâtres d’opérations extérieures militaires, dans la sécurité civile ou au sein des forces de l’ordre, fait de cet ouvrage un outil collaboratif de formation qui s’adresse à tous les acteurs concernés.

Le vade-mecum « agressions collectives par armes de guerre : conduite à tenir pour les professionnels de santé » est disponible en téléchargement sur le site du ministère des solidarités et de la santé.

Un couple fait pour durer…

Kit Haltémo et défibrillateur : en voilà deux qui sont faits pour s’entendre et que vous allez voir de plus en plus souvent réunis…

Pourquoi donc ? 

La traumatologie grave est la première cause de décès des 15-24 ans. Elle est responsable de 48 000 décès par an en France.

La mortalité précoce est particulièrement sévère : 66 % des décès surviennent durant la phase pré-hospitalière et plus de 20% dans les 48 premières heures de prise en charge.

Les deux principales causes de décès précoce sont le choc hémorragique et le traumatisme crânien grave. L’hémorragie peut entraîner le décès soit par exsanguination massive, responsable de 33 % des décès précoces des patients traumatisés. Le choc hémorragique non contrôlé est ainsi la cause prédominante de décès évitables chez les patients traumatisés sévères.

Seul le contrôle précoce du saignement permet de réduire la mortalité et de prévenir de potentielles complications.

Face à cela, Haltémo permet d’agir et d’agir vite. Apprenez comment ici. 

Source